saut périlleux entrainement

Se lancer au free running

Le free running, nouveau sport à la mode depuis les années 2000 et principalement connu depuis le film Yamakasi. Il s’agit de se déplacer dans les rues, grimper, bondir, faire toute sorte de figure tels les sauts périlleux ou autres types de rotations. Mais comment se lancer dedans en toute sécurité ?

Un travail antérieur pour améliorer ses performances

Vous pouvez d’ores et déjà travailler vos compétences qui vous aideront à améliorer vos performances dans ce sport, dit de l’art du déplacement. Renforcez-vous musculairement, surtout au niveau des abdominaux et des jambes. Faites travailler votre détente en vous poussant vers le haut puis redescendre sans toucher le sol, sur la pointe des pieds. Faites des étirements régulièrement. La force musculaire vous rendra plus rapide durant vos rotations et plus robuste à l’atterrissage, la détente vous permettra de sauter plus haut, et la souplesse vous fera gagner du temps pour grouper et dégrouper votre corps lors d’un saut périlleux.

Franchir les étapes à son rythme

Si vous avez un trampoline à disposition n’hésitez pas. J’ai fait mes premiers pas dessus et c’est un super moyen de se familiariser avec les rotations des sauts périlleux avant et arrière.

Par la suite, le top pour s’entraîner c’est une fausse en mousse. Mais peu de gens ont accès à un tel matériel. Moi j’ai débuté avec ma piscine. Faire des saltos dans l’eau vous permet de ne pas vous faire de mal, autre que les plats bien sûr ! Et cela vous laisse toute la profondeur de l’eau pour terminer votre rotation. Attention à ne pas glisser sur la margelle !

Une fois capable d’atterrir debout sur l’eau, je suis passé aux matelas. En effet, ça amortie pas mal et pardonne les erreurs du type de retomber sur les fesses, le dos ou encore le ventre… Soyez cependant sûr de ne pas taper la tête, ça fait toujours un peu mal.

Mission accomplie, direction la plage (ou la piste d’athlétisme si vous ne vivez pas sur la côte). Le but est d’atterrir sur le sable. Si vous pouvez éviter de prendre votre impulsion sur le sable c’est parfait. Sinon ce ne sera que plus dur, et donc meilleur entraînement. Une fois le salto accomplie sur le sable, passez à l’étape ultime.

Vous êtes maintenant prêt à faire votre saut périlleux sur n’importe quel support, essayez donc l’herbe (sèche), puis le bois, ou même le béton, plus rien ne pourra vous arrêter.

About sportsite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *