Une voiture de rallye

Je vous raconte ma préparation pour ma première course de rallye !

Le sport automobile me passionne depuis que je suis tout jeune. J’ai enchaîné les jeux vidéo sur le thème du racing, suivi assidûment chaque course de rallye à la télévision et en ligne et quand j’en ai l’occasion, je me rends sur les circuits. Puis j’ai décidé de devenir pilote.

Avant de concourir, je devais rejoindre un club automobile

Les pilotes de rallye les plus célèbres ont commencé dans des clubs de leur région et j’ai décidé d’en faire de même. Ce genre de lieu est fréquenté par des passionnés de course automobile. Il n’y a pas que des pilotes en herbe mais aussi des férus de mécanique, des personnes qui aspirent à devenir co-pilote, sans oublier tous ceux qui s’intéressent à l’ingénierie.

J’ai jugé important d’intégrer un club propice à des rencontres édifiantes car j’étais certain que j’y trouverais quelqu’un pour m’aider à devenir un bon pilote de rallye.

Afin d’être pris au sérieux, il me fallait un mentor, un guide

Mon intégration au club s’est bien passée et j’ai commencé à tisser des relations. A mesure que les contacts se nouaient, j’ai appris à identifier les personnes en mesure de m’épauler dans mon projet.

J’ai choisi un pilote de rallye expérimenté comme mentor, en ayant la certitude qu’il serait en mesure de me prodiguer de bons conseils. Comment me préparer ? Quels sont les points sur lesquels je dois me focaliser ? Comment rester motivé quand je rencontre des difficultés ? Comment choisir mon co-pilote ? Mon mentor a toujours été d’un grand soutien.

Je devais obligatoirement passer par l’étape école de rallye

Un pilote de rallye

Afin de devenir un pilote de rallye, j’ai dû m’améliorer dans une école de rallye

Vous vous en doutez certainement, les échanges en club sont loin de suffire. C’est vrai que les conseils sont précieux mais je devais absolument pratiquer pour être en mesure de prendre le départ du rallye.

Je me suis donc renseigné sur les écoles de rallye de ma région, les centres collaborant avec la Fédération française du sport automobile (FFSA) étant ma priorité. Je voulais obtenir une licence de la FFSA, sésame pour accéder aux compétitions organisées sous l’égide de la FIA. J’ai trouvé une école de rallye automobile à moins d’une heure de chez moi et je m’y suis inscrit.

Bien évidemment, il a fallu que je me trouve une voiture de rallye

Je conduisais un tout-terrain et c’était un bon début puisque je pouvais m’entraîner sur différents terrains. Suivant les conseils de mon mentor, j’ai essayé plusieurs voitures. Au début, je ne me suis pas vraiment intéressé à la puissance.

Le plus important était de pouvoir conduire, de m’imprégner des sensations et de comprendre ma relation avec mon véhicule. Ce n’est qu’une fois les bases maîtrisées que j’ai commencé à chercher une “vraie voiture de rallye” : puissante, rapide et tout-terrain.

Je me suis ensuite procuré des équipements de sécurité

Des équipements de sécurité pour rallye

Afin de garantir ma sécurité lors de la course de rallye, j’ai dû me procurer des équipements de sécurité

Des accidents peuvent survenir à chaque étape du rallye. Les vérifications techniques sont assurées par une équipe qualifiée mais cela ne dispense pas les pilotes de se protéger avant de prendre le départ du rallye.

J’ai fait équiper ma voiture de rallye avec des arceaux et autres accessoires, notamment des harnais et des extincteurs. Je me suis ensuite rendu sur la boutique spécialisée grandprixracewear.fr pour trouver des équipements de protection conformes aux normes de la FIA.

J’ai pris une combinaison et l’indispensable casque, auxquels j’ai ajouté des gants et des bottines. J’ai également pris des sous-vêtements homologués qui contribuent tant à mon confort qu’à ma protection. Pour encore plus de sécurité, j’ai d’ailleurs opté pour un système HANS, équipement bien pratique pour éviter tout accident grave.

N’étant pas encore un pilote expérimenté, je n’ai pas hésité à demander des conseils, mon objectif étant de pouvoir me lancer dans les épreuves sans me mettre inutilement en danger. Pour devenir vainqueur, je devais d’abord m’assurer de pouvoir franchir la dernière étape du rallye !

Je me suis entraîné encore et encore à conduire

Quand on suit les rallyes, on peut avoir l’impression que c’est facile. Ce n’est pas le cas et c’est pour cela que la régularité est primordiale. Les pilotes de rallye doivent multiplier les entraînements pour s’habituer aux différentes conditions dans lesquelles les épreuves peuvent se dérouler.

Pluie battante, ensoleillement intense, journées nuageuses…rien ne m’a empêché d’enchaîner les tours de piste. Je me suis lancé sur les circuits mais j’ai aussi pratiqué dans des coins reculés qui se caractérisent par un environnement hostile. Vous l’aurez compris, racing et régularité sont indissociables.

J’ai ainsi réalisé ma première course de rallye, j’étais très fier de moi !

Après une longue préparation, je me suis inscrit à ma première course automobile. L’équipe technique a réalisé les vérifications nécessaires, j’ai enfilé tout l’attirail de sécurité qui s’impose et j’ai foncé.

J’avoue que je ne suis pas sorti vainqueur de ce premier rallye automobile mais je ne me considère pas comme perdant. J’ai beaucoup appris de cette expérience qui m’a donné l’opportunité d’améliorer ma technique, de mieux gérer mon véhicule mais aussi d’être en symbiose avec mon copilote. C’est donc la tête haute que j’ai franchi la ligne d’arrivée.

Il y aura d’autres rallyes et je compte bien y participer. Pour l’heure, je continue à m’entraîner pour peaufiner ma technique. J’ai toujours mon mentor à mes côtés. D’ailleurs, il m’accompagne assez régulièrement sur les circuits pour pouvoir ajuster ses conseils.

About sportsite